Mise à jour des restrictions dues à la COVID-19 (5 mars 2021)

À: Clergé, marguilliers(ères), ministres laïcs, et visiteurs pastoraux
DE: Mgr Bruce Myers

À compter de la semaine prochaine, l’ensemble du territoire du diocèse de Québec passera au niveau d’alerte orange du gouvernement du Québec en ce qui concerne la COVID-19. Certaines régions du diocèse sont déjà catégorisées en zone orange depuis plusieurs semaines. En ce qui concerne donc notre diocèse, à la demande des autorités de la santé publique, des protocoles révisés pour les lieux de culte situés en zone orange entrent en vigueur le 8 février prochain

En ce qui concerne les célébrations dominicales:

  • Les églises situées dans une zone orange peuvent recevoir un maximum de 100 personnes (ou 50 % de la capacité d'accueil du bâtiment, selon le moindre des deux). Ce nombre fait abstraction des membres du clergé, des lecteurs et lectrices laïcs/laïques ou des musiciens.
  • Le port d’un couvre-visage est obligatoire pendant toute la durée de la cérémonie et il ne doit être enlevé qu’au moment de recevoir la communion, et si le ou la célébrant(e), lecteur ou lectrice, ou soliste doit s’adresser à l’assistance ou chanter à partir d’un endroit suffisamment distant de la congrégation. Les autorités de la santé publique demandent spécifiquement qu’un masque de procédure soit le couvre-visage privilégié pour tous et toutes, dans la mesure du possible.
  • Du désinfectant pour les mains doit être amplement disponible et les personnes provenant de familles différentes doivent maintenir entre elles une distance d’au moins 2 mètres.
  • Un registre des noms et des coordonnées de toutes les personnes qui assistent à une cérémonie doit être tenu, aux fins de la recherche des contacts si requis.
  • Si l’eucharistie est célébrée, le ou la célébrant(e) devrait aller offrir la communion aux individus à leur place assise, plutôt que les participants ne s’approchent pour la recevoir, afin de réduire les déplacements à l’intérieur de l’église. Des protocoles plus détaillés sur l’administration de l’eucharistie sont joints à la présente note. 

En ce qui concerne les funérailles:

  • Même pour les églises situées en zone orange, l’assistance à des funérailles est limitée à un maximum de 25 personnes. Ce nombre n’inclut pas les membres du clergé, les représentants des maisons funéraires ou d’autres personnes fournissant de l’assistance pendant la cérémonie.
  • Le port d’un masque de procédure est obligatoire pendant toute la durée de la cérémonie et les personnes provenant de familles différentes doivent maintenir entre elles une distance d’au moins 2 mètres.
  • Un registre des noms et des coordonnées de toutes les personnes qui assistent à des funérailles doit être tenu, aux fins de la recherche des contacts si requis.
  • Aucune nourriture ou boisson ne peuvent être servies après les funérailles.
  • Les membres de la famille de la personne décédée peuvent aussi recevoir les condoléances à l’église avant la cérémonie de funérailles à condition que les mêmes directives soient suivies. 

Comme cela a été le cas depuis que les églises de notre diocèse ont pu rouvrir au culte public en septembre dernier, la décision d’offrir des cérémonies de culte ouvertes au public dans les conditions décrites ci-dessus est laissée à la discrétion de chaque corporation locale, idéalement après consultation auprès des membres de la congrégation. 

Les autres directives concernant les visites pastorales, la location de salles et les déplacements entre les régions - décrites dans ma précédente note du 4 février - demeurent en vigueur. 

Bien que nous soyons reconnaissants de cette opportunité de recevoir plus de personnes dans nos églises pour le culte dominical, nous devons également continuer à être vigilants et à prendre soin les uns des autres. Les responsables de la santé publique demeurent inquiets de la possible propagation des nouveaux variants de la COVID-19, et le retour à nos habitudes continuera donc d'être pondéré et graduel. 

Comme toujours, si vous avez des questions ou des difficultés, n’hésitez pas à me contacter ou à contacter l’archidiacre Edward Simonton. Restez en sécurité et en bonne santé et soyez assurés de mes prières. 

Sincèrement vôtre dans le Christ,

CÉLÉBRATIONS EUCHARISTIQUES

  • Les personnes qui préparent normalement le pain et le vin pour l’eucharistie, comme les membres de la guilde de l’autel, devraient le faire au moins 24 heures avant la célébration. On ne doit utiliser que des hosties de source commerciale.
  • Seul le ou la prêtre officiant sera présent à l’autel et il ou elle distribuera seul(e) la communion.
  • Le ou la prêtre officiant se désinfectera les mains immédiatement avant la prière sur les offrandes, immédiatement avant la distribution de la communion, et de nouveau immédiatement après la distribution de la communion. Par conséquent, un contenant de désinfectant pour les mains séparé doit être mis à la disposition de l’officiant(e).
  • Après avoir pris sa place pour la prière sur les offrandes et pour la prière eucharistique, l’officiant(e) peut retirer son couvre-visage. Le couvre-visage devra être replacé avant la distribution de la communion.
  • Le pain et le vin seront consacrés par l’officiant(e). Ils ou elles consacreront également l’hostie destinée au célébrant ainsi qu’une petite quantité de vin dans le calice, qu’ils ou elles, exclusivement, consommeront dans leur intégralité avant de procéder à la distribution de la communion à la congrégation.
  • Lors de la préparation des offrandes, les hosties destinées aux membres de la congrégation seront placées sur le corporal dans un ciboire couvert ou sur une patène recouverte d’un purificatoire (ou autre tissu approprié).
  • La prière eucharistique doit être récitée, non chantée.
  • Seules des hosties consacrées seront offertes à la congrégation. La communion « sous une seule espèce » est reconnue comme une pleine participation à l’eucharistie et sera utilisée en tant que mesure temporaire jusqu’à ce que la pratique anglicane normative du partage de la coupe commune puisse être rétablie en toute sécurité.
  • Les communiants demeurent à leur place pour recevoir l’hostie selon la méthode suivante:
    • Une fois que l’officiant(e) aura lancé, depuis l’autel, l’invitation à la communion, il ou elle dira « Le corps du Christ », ce à quoi l’assemblée répondra: « Amen ». Après avoir procédé à la désinfection de ses mains, l’officiant(e), portant un couvre-visage, s’approchera individuellement de chaque communiant(e) demeuré sa place avec les hosties consacrées. Ceux et celles désirant recevoir la communion devront se tenir debout et tendre les mains vers l’officiant.  
      • L’officiant(e) portant son couvre-visage placera silencieusement l’hostie dans la main tendue du communiant, s’efforçant d’éviter tout contact physique. Si le ou la prêtre touche le communiant par inadvertance, il ou elle devra effectuer une pause, placer les hosties sur l’autel, se désinfecter à nouveau les mains et reprendre la distribution de la communion.
        • Si une personne souhaite recevoir une bénédiction plutôt que la communion, celle-ci devra indiquer ce souhait à l’officiant(e) en croisant les bras devant sa poitrine. L’officiant(e) les bénira alors en évitant tout contact physique.
  • Lorsque la communion est distribuée à partir de la réserve sacramentelle, on doit appliquer les mêmes protocoles que lors d’une célébration complète de l’eucharistie. Par conséquent, seules des hosties consacrées seront distribuées, et elles doivent être conservées dans le tabernacle jusqu’à ce que la prière normalement dite avant leur distribution soit récitée par le ou la diacre officiant ou par un(e) ministre laïc(que).

Lire la suite

Mise à jour des restrictions dues à la COVID-19

À: Clergé, marguilliers(ères), ministres laïcs, et visiteurs pastoraux
DE: Mgr Bruce Myers

Le gouvernement du Québec a annoncé de nouvelles révisions aux restrictions dues à la COVID-19, dont certaines concernent les lieux de culte. Ces nouvelles restrictions prendront effet le 8 février prochain et sont susceptibles d’être revues dès le 22 février.

CÉLÉBRATIONS DOMINICALES - Les églises situées dans une zone rouge doivent limiter à un maximum de 10 le nombre de personnes assistant à une célébration liturgique. Ce nombre n’inclut pas les membres du clergé, les lecteurs et lectrices laïcs/laïques ou les musiciens. Les églises situées dans une zone orange peuvent accepter un maximum de 25 personnes assistant à une célébration dominicale. Ce nombre fait toujours abstraction des membres du clergé, des lecteurs et lectrices laïcs/laïques ou des musiciens. Les autres mesures présentées dans le document intitulé Directives visant la réouverture des édifices religieux au culte public publié en août dernier (et disponible au quebec.anglican.ca) doivent toujours être respectées.

FUNÉRAILLES – Les funérailles peuvent encore avoir lieu dans les bâtiments religieux, mais avec un maximum de 25 personnes dans l’assemblée, que l’église soit située en zone rouge ou en zone orange. Ce nombre n’inclut pas les membres du clergé, les représentants des maisons funéraires ou d’autres personnes fournissant de l’assistance pendant la cérémonie. Le port du couvre-visage est obligatoire pendant l’intégralité de la cérémonie et les personnes provenant de ménages différents doivent se maintenir à une distance de deux mètres les unes des autres. Les noms et coordonnées de toutes les personnes qui assistent à des funérailles doivent être enregistrés aux fins de la recherche des contacts. Aucune nourriture ou boisson ne doivent être servies après les funérailles. Les membres de la famille de la personne décédée peuvent aussi recevoir les condoléances à l’église avant la cérémonie de funérailles à condition que les mêmes directives soient suivies.

Comme cela a été le cas depuis que les églises de notre diocèse ont pu rouvrir au culte public en septembre dernier, la décision d’offrir des cérémonies de culte ouvertes au public dans les conditions décrites ci-dessus est laissée à la discrétion de chaque corporation locale, idéalement après consultation auprès des membres de la congrégation.

VISITES PASTORALES – La plupart des visites pastorales en personne - dans un hôpital, une maison de soins ou une résidence individuelle - demeurent interdites pendant le présent confinement. Le gouvernement a cependant fait deux exceptions importantes: 1) une visite pastorale entre deux personnes peut avoir lieu dans un bâtiment religieux, à condition que les précautions habituelles (désinfection des mains, distanciation physique, port du couvre-

visage) soient respectées; 2) une personne en fin de vie peut recevoir une visite pastorale chez elle. Si nécessaire, une telle visite peut avoir lieu pendant les heures de couvre-feu, et un modèle de lettre d’autorisation à présenter aux autorités est disponible auprès du bureau diocésain. Dans toute autre situation, nous vous encourageons à utiliser d’autres moyens, comme l’internet et le téléphone, pour rester en contact avec les membres de votre communauté pendant cette nouvelle période d’isolement physique intensifiée.

LOCATIONS DE SALLES – La location de salles paroissiales et autres espaces similaires demeure interdite pendant le confinement, à moins que l’organisme qui loue l’espace ne relève d’une des catégories pour lesquelles le gouvernement provincial a fait une exception, comme les organismes communautaires.

DÉPLACEMENTS ENTRE RÉGIONS – Les déplacements entre les différentes régions du Québec - particulièrement d'une zone rouge à une zone orange - sont toujours fortement déconseillés. Pour cette raison, je continuerai de reporter les visites pastorales que j’avais prévu de faire aux diverses congrégations du diocèse à une date où la situation se sera améliorée à la grandeur de la province.

Je partage votre épuisement face à ces restrictions et, tout comme vous, je souhaite ardemment notre sortie collective de cette période de pandémie. Cependant, ainsi que nos responsables de la santé publique nous le rappellent, c’est en respectant le maintien de ces restrictions que nous arriverons plus rapidement au terme de la pandémie et ce, avec le moins de pertes en vies humaines. En tant qu’Église, nous devons continuer à faire notre part dans l’effort collectif de sacrifice visant à protéger les autres et, ce faisant, nous suivons l’appel de Jésus à aimer notre prochain.

Comme toujours, si vous avez des questions ou des difficultés, n’hésitez pas à me contacter ou à contacter l’archidiacre Edward Simonton. Restez en sécurité et en bonne santé et soyez assurés de mes prières.

Sincèrement vôtre dans le Christ,

Lire la suite

Mise à jour des restrictions dues à la COVID-19

À:   Clergé, marguilliers(ères), ministres laïcs, et visiteurs pastoraux
DE:   Mgr Bruce Myers
DATE:   Jeudi le 7 janvier 2021  
OBJET:   Mise à jour des restrictions dues à la COVID-19

Le 6 janvier, le gouvernement du Québec a annoncé un nouvel ensemble de mesures visant à enrayer la propagation continue du COVID-19 dans la province. Certaines de ces mesures auront un impact direct sur les activités de nos églises.

SERVICES LITURGIQUES - Les célébrations liturgiques publiques dans l’ensemble des églises du diocèse sont suspendues entre le 9 janvier et le 8 février. Nous encourageons les congrégations à offrir les services de culte en ligne pendant cette période, ou à inviter leurs fidèles à se joindre à la webdiffusion de prières à domicile offerte sur la page Facebook du diocèse chaque dimanche matin à 10 h 30 HNE.

FUNÉRAILLES – Le gouvernement a choisi de faire une exception pour les funérailles, qui peuvent encore avoir lieu dans les bâtiments religieux, mais avec un maximum de 25 personnes dans l’assemblée. Ce nombre n’inclut pas les membres du clergé, les représentants des maisons funéraires ou d’autres personnes fournissant de l’assistance pendant la cérémonie. Le port du couvre-visage est obligatoire pour tous et toutes pendant la cérémonie et les personnes provenant de ménages différents doivent se maintenir à une distance de deux mètres les uns des autres. Les noms et coordonnées de toutes les personnes qui assistent à des funérailles doivent être enregistrés aux fins de la recherche des contacts. Aucune nourriture ou boisson ne doivent être servies après les funérailles.

VISITES PASTORALES – Les visites pastorales en personne - dans un hôpital, une maison de soins ou une résidence individuelle - sont interdites pendant le présent confinement. Cependant, nous vous encourageons à utiliser d’autres moyens, comme l’internet et le téléphone, pour rester en contact avec les membres de votre communauté pendant cette nouvelle période d’isolement physique intensifiée.

LOCATIONS DE SALLES – La location de salles paroissiales et autres espaces similaires est interdite pendant ce nouveau confinement, à moins que l’organisme qui loue l’espace ne relève d’une des catégories pour lesquelles le gouvernement provincial a fait une exception, comme les organismes communautaires.

Comme toujours, si vous avez des questions ou des difficultés, n’hésitez pas à me contacter (bmyers@quebec.anglican.ca) ou à contacter l’archidiacre Edward Simonton (esimonton@quebec.anglican.ca). Restez en sécurité et en bonne santé et priez pour que ces mesures aient l’effet souhaité.

Lire la suite

Une lettre pastorale concernant la réouverture de nos lieux du culte

Vendredi le 12 juin 2020
Fête de Saint-Barnabé, apôtre
Chers amis, chères amies,

Quand la pandémie de COVID-19 nous a contraints à fermer nos églises le 13 mars dernier, nous ne savions pas pendant combien de temps la pandémie et ses conséquences se prolongeraient. Nous voici maintenant au début de l’été et nous devons constater qu’il existe encore bien des inconnues à propos du coronavirus et de la maladie potentiellement mortelle qu’il cause. En date de cette semaine, plus de 5 000 Québécois ont succombé à la COVID-19.

En mars dernier, la décision de fermer tous les lieux du culte à travers le diocèse et de suspendre les liturgies en personne jusqu’à nouvel ordre a été prise avant que les autorités de la santé publique ne l’exigent. Comme je l’écrivais à ce moment-là, le diocèse a choisi d’agir de la sorte par excès de prudence et dans l’intérêt non seulement de nos fidèles mais aussi du bien commun, notamment de ceux dont l’âge ou la santé les rendent plus vulnérables pendant cette pandémie.

Pour ces mêmes raisons, nos édifices religieux demeureront fermés au culte au moins jusqu’au mois de septembre. Une décision similaire a été prise dans tous les diocèses anglicans de l’Ontario, par le diocèse anglican de Montréal et par le Synode de l’est de notre église sœur, l’Église évangélique luthérienne au Canada.

Le gouvernement du Québec a inclus les lieux de culte dans son plan de déconfinement, bien qu’un calendrier précis de réouverture n'ait pas encore été établi. Je fais partie d’un groupe de chefs religieux de la province qui a travaillé de manière constructive avec les autorités de la santé publique afin d'élaborer des protocoles pour la réouverture des églises, des synagogues et des mosquées. Cependant, même lorsque l’aval du gouvernement provincial pour la réouverture des lieux de culte aura été donné, ces protocoles imposeront des restrictions importantes sur des éléments comme le contrôle de la fréquentation, la distance physique, la désinfection, la ventilation, le chant, les pratiques sacramentelles, les offrandes, les livres et volumes, les feuillets, et les périodes de rassemblement.

Plusieurs de nos congrégations, en particulier les petites églises, seraient sérieusement mises au défi de respecter toutes les dispositions de ces protocoles. Même les congrégations avec une telle capacité trouveraient le culte considérablement entravé par ces restrictions hygiéniques. Par conséquent, indépendamment de toute annonce gouvernementale à venir concernant la réouverture des lieux de culte au Québec, les édifices religieux de notre diocèse demeureront fermés aux services liturgiques jusqu’à nouvel ordre.

Plusieurs d’entre nous—et je fais partie de ce nombre—s’ennuient énormément des rassemblements tenus dans nos bâtiments religieux pour célébrer le culte et célébrer notre communauté. En même temps, nous avons été bénis par la découverte de nouvelles façons de nous réunir en tant que famille diocésaine et en tant que congrégations pour la prière et les relations communautaires grâce à des offices offerts via Internet (ou par téléphone), des groupes d’étude, de rencontre et d’enseignement en ligne, des appels téléphoniques et même l’échange de lettres.

Il n’existe pas de substitut permanent aux rassemblements physiques des membres du peuple de Dieu autour de la table eucharistique, nourris par la parole et le sacrement. Néanmoins, les rassemblements virtuels ont nourri nombre d’entre nous de diverses manières. La promesse de Jésus est que quel que soit l’endroit où deux ou trois personnes sont réunies en son nom, il est avec elles. Cela s’applique autant à un rassemblement en ligne qu’à un rassemblement en personne.

L’église n’a pas été fermée ces derniers mois—seulement nos bâtiments. Ainsi, même si le culte ne sera pas autorisé dans les lieux du culte du diocèse cet été, notre vie et notre travail se poursuivront. Voici quelques exemples de ce qui peut encore se produire:
  • RENCONTRES EXTÉRIEURES – Les autorités de la santé publique autorisent maintenant les rassemblements en plein air d’un maximum de 10 personnes provenant d’au plus trois ménages différents, la règle de la distanciation de deux mètres devant être respectée. Le clergé et les membres des congrégations peuvent souhaiter profiter de cette disposition pour organiser de petits rassemblements en plein air pour la pastorale, l’enseignement et/ou la fraternité. Les limites actuelles de la taille de ces rassemblements peuvent rendre les services de culte en plein air peu pratiques, mais ces limites pourraient être modifiées à la hausse selon les directives des autorités de la santé publique. Tout culte en plein air devrait être une célébration de la parole plutôt qu’une liturgie avec communion.

  • LITURGIE EN LIGNE – Pendant tout l’été, à chaque semaine, nous continuerons d’offrir (selon un horaire néanmoins réduit) des offices liturgiques, des études bibliques, des groupes de rencontre et d’enseignement.

  • FUNÉRAILLES – Les funérailles et inhumations peuvent avoir lieu, mais uniquement au cimetière et ce, en respectant les directives des autorités de la santé publique sur les rassemblements en plein air. Si la famille du défunt ou de la défunte le souhaite, une liturgie plus complète, comme par exemple un requiem ou un service commémoratif, pourra être tenu à une date ultérieure. Les communautés n’ayant pas accès à une entreprise de pompes funèbres peuvent continuer à utiliser leurs bâtiments religieux comme lieu de repos temporaire des dépouilles des personnes avant leur enterrement.

  • BAPTÊMES – Puisque les baptêmes se tiennent habituellement dans le contexte de la célébration liturgique principale d'une communauté religieuse, ils devraient être reportés jusqu’à ce que les modalités habituelles de culte reprennent. En cas d’urgence, tout chrétien peut baptiser la personne et une célébration et reconnaissance du baptême pourront avoir lieu à l’église à une date ultérieure.

  • MARIAGES – Les couples souhaitant se marier à l’église devraient envisager de reporter leur mariage jusqu’au retour dans nos bâtiments. Si un couple souhaite néanmoins procéder, une dispense pour un mariage en plein air peut être accordée, à condition que les stipulations des autorités de la santé publique concernant les rassemblements en plein air soient respectées.

  • LOCATIONS – L’utilisation des salles paroissiales et/ou des sous-sol d’églises par des groupes paroissiales ou des locateurs à court terme demeure interdite jusqu’à nouvel ordre.
La pandémie et ses conséquences ont eu un impact négatif prévisible sur les finances de toutes nos congrégations et, par conséquent, sur le diocèse dans son ensemble. Notre situation financière est précaire dans la meilleure des situations. Cette crise mondiale ne l’a rendue que plus périlleuse.

Je suis donc profondément reconnaissant à ceux d’entre vous qui ont continué de supporter financièrement votre congrégation locale en cette période difficile. Je vous demanderais de continuer d’être généreux et je désire inviter ceux d’entre vous qui n’ont pas encore fait d’offrande régulière à le faire. Je reconnais que la COVID-19 a créé des difficultés économiques pour certains d'entre vous, et donc ma demande est seulement que « chacun donnera ce qu’il pourra, selon les bénédictions que l’Éternel, son Dieu, lui aura accordées » (Deutéronome 16,17). Chaque congrégation supportant un ou une prêtre ou diacre salarié(e) a bénéficié du programme de subvention salariale COVID-19 du gouvernement fédéral, mais cette aide financière prendra fin en août. Vos contributions individuelles permettront donc, entre autres, de soutenir notre fidèle clergé et notre personnel diocésain, qui ont travaillé avec diligence—et très souvent dans l’ombre—tout au long de ces mois de confinement.

Voici trois méthodes vous permettant de fournir un support financier:
  1. EN LIGNE – Visitez https://www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/church-society-of-the-diocese-of-quebec/ et utilisez une carte de crédit pour faire un don directement à votre congrégation locale ou au diocèse, ou aux deux. Pour faire un don à une congrégation spécifique, utilisez le menu déroulant se trouvant sous la rubrique « Assignez votre don à un des fonds créés par cet organisme » pour trouver le nom de l’église locale que vous désirez aider.

  2. CONTACTEZ LE TRÉSORIER/LA TRÉSORIÈRE DE VOTRE PAROISSE – Vous pouvez poster ou aller porter un chèque à votre trésorier/trésorière local(e). Si vous n’êtes pas certain(e) du nom de cette personne, contactez le bureau diocésain (info@quebec.anglican.ca ou 418 692 3858) et nous vous donnerons les informations nécessaires. Vous pouvez aussi poster un chèque directement au bureau diocésain au 31 rue des Jardins, Québec, QC G1R 4L6.

  3. FAITES UNE LEVÉE DE FONDS COMMUNAUTAIRE – Dans les circonstances actuelles, il n’est pas approprié de lever des fonds en faisant du porte à porte. Toutefois, il vous est loisible d’inviter les membres de votre communauté à venir déposer leurs dons à un endroit extérieur et à une heure pré-déterminés (comme le perron de l’église), où deux représentants désignés par la corporation paroissiale seraient présents pour recevoir les dons.
Bien entendu, l’église n’est pas la seule à avoir besoin d’un support financier supplémentaire pendant cette pandémie. Je vous invite donc également à envisager de faire un don de bienfaisance à une organisation qui aide à soutenir les plus faibles, les invisibles, les laissés-pour-compte au sein de votre communauté locale. Vous pouvez également contribuer à des projets significatifs et efficaces à travers le pays et dans le monde entier grâce au Fonds mondial de secours et de développement du Primat (Primate’s World Relief and Development Fund : https://pwrdf.org/world-of-gifts/).

Nous continuerons de suivre l’évolution de la situation en ce qui concerne la COVID-19 au cours des mois d’été, afin que, le moment venu, nous puissions retourner dans nos bâtiments religieux de la manière la plus sûre, la plus responsable et la plus joyeuse possible.

Ce n’est pas la lettre que j’envisageais écrire à l’aube de cet été. Comme nous le rappelle notre lecture de l’Évangile de dimanche dernier, Jésus a promis qu'il serait toujours avec nous, « jusqu’à la fin des temps » (Matthieu 28:20). Il n’a pas promis que le voyage de notre vie se ferait sans obstacles ni difficultés. Nous persistons à être l’Église en ces temps difficiles et perturbants, confiants que Jésus est avec nous à travers ces épreuves, confiants que le Christ est, en ce moment même, en train de racheter cette situation.

         Sincèrement vôtre en Christ,

         Mgr Bruce Myers
         Évêque de Québec

Cliquez ici pour une version pdf de cette lettre
Lire la suite

COVID-19 et les mariages

AUX: Détenteurs et détentrices d’une licence permettant de célébrer des mariages
DE:  Mgr Bruce Myers

Comme à chaque année, un certain nombre de mariages sont planifiés pour l’été qui s’en vient. Ce qui est différent cette année toutefois, ce sont les complications créées pour les mariages ainsi que pour tous les grands rassemblements du genre par la pandémie de COVID-19.

Puisqu’il est impossible de prévoir combien de temps encore les mesures de distanciation sociale seront maintenues, la teneur qu’elles prendront et les régions du Québec où elles seront en vigueur, ma recommandation est à l’effet que tous les mariages présentement à l’ordre du jour pour l’été à venir soient reportés jusqu’à ce que les mesures de distanciation sociale soient adoucies par les autorités civiles.

Dans le cas du report d’un mariage prévu dont l’avis a déjà été publié par le directeur de l’état civil, ce dernier doit être informé du changement le plus tôt possible. On peut rejoindre le Directeur de l’état civil en composant le 877 644-4545 ou par courriel à etatcivil@dec.gouv.qc.ca.

S’il s’avérait approprié, d’un point de vue pastoral, qu’un mariage ait lieu cet été à une date déjà arrêtée, il peut quand même être célébré, mais uniquement en présence du célébrant, du couple et de deux témoins, chacun respectant les mesures de distanciation physique prescrites par les autorités de la santé publique. Dans une telle situation, l’un des témoins pourrait enregistrer la cérémonie au profit de ceux qui ne peuvent pas y assister en personne. Je vous demande de m’informer si un couple souhaite procéder de cette manière.

Que le mariage soit retardé ou non, le processus de préparation au mariage avec les couples doit se poursuivre et peut être réalisé soit par téléphone, soit par vidéoconférence.

Ces lignes directrices seront révisées au fur et à mesure de l’évolution de la situation, régies, comme toujours, par les directives des autorités de la santé publique, la préoccupation pour le bien commun et une attention particulière envers les plus vulnérables parmi nous. Si vous avez des questions, n’hésitez-pas à entrer en contact avec moi ou avec le vicaire général Edward Simonton (esimonton@quebec.anglican.ca ou 819 679-9957).

Sincèrement vôtre dans le Christ,

Lire la suite

La COVID-19 et la situation financière des congrégations

À: Corporations paroissiales, leurs trésoriers et trésorières
DE: Mgr Bruce Myers

À travers tout le Québec, nous nous préparons à entrer dans une quatrième semaine d'isolement et les églises à travers notre diocèse seront fermées pour un quatrième dimanche consécutif.

Jusqu’à présent, ces efforts collectifs ont réussi à freiner la propagation de la COVID-19 et à sauver des vies. Je suis profondément reconnaissant envers tous les anglicans du Québec de la manière dont ils et elles ont répondu à l’appel demandant de prendre des mesures difficiles mais nécessaires pour lutter contre cette pandémie.

Ces mesures ont également eu et continuent d’avoir un impact économique important et généralisé, avec la fermeture temporaire de nombreuses entreprises et le licenciement de milliers de personnes, qui ont ainsi vu leurs salaires réduits ou leurs moyens de subsistance mis en danger.

L’église n’est pas à l’abri des effets économiques de la pandémie. Pour le maintien de leur santé financière et leur viabilité, les congrégations de notre diocèse dépendent principalement de deux sources de revenus: les généreuses contributions des paroissiens et les revenus générés par leurs investissements. Le paysage financier a changé et je sais que plusieurs de nos congrégations—dont certaines étaient déjà financièrement fragiles—sont préoccupées par l’avenir.

Depuis ses tout débuts, notre trésorier diocésain Michael Boden, notre directrice générale Marie-Sol Gaudreau et notre vicaire général Edward Simonton sont en état de surveillance et d’évaluation constants des impacts financiers de cette pandémie sur notre église, et ensemble, nous avons essayé de discerner la meilleure voie financière à suivre pour notre église dans le cadre d’une situation sans précédent qui évolue presque quotidiennement.

Notre objectif est de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir nos congrégations—et le diocèse dans son ensemble—financièrement viables en cette période difficile, et pour protéger les moyens de subsistance des membres de notre clergé et de nos employés et employées laïcs qui dépendent d’une rémunération provenant de notre église. Chacune de ces personnes a trouvé des moyens créatifs et significatifs de réaliser à sa vocation et de servir l’église dans cet extraordinaire concours de circonstances.

À cette fin, nous mettons en place les mesures financières suivantes :

  1. DIOCESAN POOLED FUNDS (Fonds regroupés diocésains) – De nombreuses congrégations ont confié leurs investissements aux « Pooled Funds », qui sont gérés par la Société d’église du diocèse anglican de Québec (« Church Society »). Les chèques de distribution du premier trimestre seront émis dans les prochains jours. Les turbulences massives connues sur les marchés financiers se reflèteront nécessairement sur les montants qui seront reçus. Les congrégations recevant des distributions au premier trimestre sont fortement encouragées à utiliser ces fonds en priorité pour soutenir leur pasteur(e) et pour payer toutes les factures de rémunération et de charges sociales. Au cours des prochaines semaines, le respect de nos obligations salariales sera l’un de nos principaux défis financiers. Les congrégations sans obligations salariales sont encouragées à réinvestir leurs distributions du premier trimestre dans les Pooled Funds afin de contribuer à maintenir la viabilité à long terme de notre portefeuille collectif. En raison de l’extrême volatilité de la situation économique globale et de l’incertitude quant à la durée de cette pandémie, le montant des distributions des Pooled Funds devra être évalué à chaque trimestre. Bien que les politiques de distribution puissent changer à court terme, les Pooled Funds demeurent un investissement judicieux à long terme.
  2. RÉMUNÉRATION ET CHARGES SOCIALES – Il y a une semaine, le gouvernement fédéral a annoncé la création d’une subvention salariale temporaire de 75% visant à aider les entreprises qualifiées et les organismes à but non lucratif d’éviter de licencier leur personnel pendant la pandémie. Le diocèse, de même que ses congrégations, sont éligibles à ce soutien financier temporaire majeur, qui permettra de soulager temporairement de nombreuses congrégations d’une charge financière importante à un moment critique. Cela signifie que les congrégations ayant signé des ententes de rémunération demeureront toujours responsables de verser 25% de ce qu’elles contribuaient auparavant à la rémunération et aux charges sociales de leur pasteur(e). Si une congrégation a des inquiétudes quant à sa capacité de s’acquitter de ses obligations financières pendant cette période, nous en exhortons les dirigeants à communiquer sans hésitation avec la directrice générale Marie-Sol Gaudreau (msgaudreau@quebec.anglican.ca ou 418 692 3858) pour discuter des autres dispositions qui pourraient être prises.
  3. OFFRANDES – Même si nos congrégations ne se réunissent pas physiquement présentement pour célébrer le culte—ce qui signifie que les enveloppes ne se remplissent pas ou que la quête n’a pas lieu—nous sommes toujours en mesure de recevoir des dons d’autres manières. Ceux qui sont encore en mesure de faire une contribution financière à leur congrégation en ce moment peuvent envoyer un don au trésorier ou à la trésorière de leur paroisse. Vous êtes également invités à faire une contribution déductible d’impôt à la Church Society afin de soutenir la vie et le travail du diocèse de Québec au sens large pendant cette période particulièrement difficile. Vous pouvez le faire en envoyant un chèque à l’adresse ci-dessus ou en faisant un don en ligne en visitant CanaDon.org et en trouvant la « Church Society of the Diocese of Quebec ». Vous pouvez également faire une contribution en ligne à n’importe quelle congrégation du diocèse de la même manière; indiquez simplement le nom de l’église spécifique que vous souhaitez soutenir et les fonds leur seront crédités.

Dieu promet que nous recevrons tout ce dont nous avons besoin, si nous restons concentrés sur le royaume de Dieu et sur la justice de Dieu. Avec l’aide de Dieu—et avec confiance en sa providence—notre église traversera sereinement cette période d’épreuve, exprimant le royaume de Dieu et sa justice tout au long du chemin.

Sincèrement vôtre dans le Christ,


Lire la suite

Mise à jour des directives concernant les funérailles et la COVID-19

À: Membres du clergé, marguilliers, et ministres laïcs
DE: Mgr Bruce Myers
DATE: Vendredi le 27 mars 2020

Vendredi dernier, des lignes directrices ont été émises pour la tenue de funérailles dans le diocèse de Québec, afin de respecter les directives des autorités sanitaires concernant la COVID-19. En raison de l’évolution rapide de la situation sur le terrain, je propose maintenant une mise à jour desdites directives.

Le décret gouvernemental interdit pratiquement tous les rassemblements intérieurs et extérieurs. En conséquence, aucun service funéraire ne peut avoir lieu à l’intérieur de bâtiments religieux. Lorsque la crémation n’est pas une option et qu’un enterrement ne peut être retardé, une très brève cérémonie peut être tenue près du cercueil en présence d’un président de cérémonie et d’un maximum de 10 personnes additionnelles, chacune devant conserver entre elles une distance de deux mètres, tel que recommandé par les autorités sanitaires.

Même si les salons funéraires demeurent en activité, en raison du risque élevé de transmission, les membres du clergé et les ministres laïcs du diocèse ne doivent pas présider à des funérailles dans les salons funéraires pour le moment. Il convient de noter que cette semaine, 44 nouveaux cas de COVID-19 se sont déclarés chez des personnes qui, toutes, avaient récemment assisté à des funérailles dans le même salon funéraire situé à Saint-Jean de Terre-Neuve.

Ces dispositions, ainsi que la suspension intégrale des liturgies publiques et de tous les autres rassemblements physiques liés aux affaires religieuses, demeurent en vigueur jusqu’à nouvel ordre. Comme tous ces efforts, elles visent à protéger la santé publique et en particulier les plus vulnérables d’entre nous.

Si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à entrer en contact avec moi par téléphone au 418 692 3858 ou par courriel à bmyers@quebec.anglican.ca. Soyez assurés de mon appui et de mes prières soutenues pendant ces temps difficiles.

Sincèrement vôtre dans le Christ,

Lire la suite

Notre vie commune pendant la pandémie de COVID-19

À:  Membres du clergé, marguillers, et ministres laïcs

DE:  Mgr Bruce Myers

DATE:  Vendredi le 20 mars 2020

SUJET: Notre vie commune pendant la pandémie de COVID-19 

Cela fait exactement une semaine que la suspension de toutes les liturgies publiques et autres rassemblements religieux à travers le diocèse de Québec a été promulguée, et ce, jusqu’à nouvel ordre, à la suite de la pandémie de COVID-19. Je tiens à vous remercier tous pour la rapidité et la discipline avec lesquelles chacune de vos communautés a répondu à cette directive, qui fait partie d’un effort collectif plus large visant le bien commun de tous et en particulier de celui des plus vulnérables à cette maladie.

Il semble désormais probable qu’une certaine forme de perturbation de nos vies communautaires en tant que congrégations et en tant que diocèse se poursuivra pendant encore un certain temps et je voudrais donc offrir quelques directives supplémentaires pour nous permettre de naviguer ensemble à travers cette période houleuse.

Toutes les liturgies publiques et les rassemblements religieux demeurent suspendus, y compris les funérailles publiques. D’autres options temporaires sont disponibles.

Pendant cette suspension des liturgies publiques, j’invite tous les anglicans de notre diocèse à se joindre à moi pour une forme alternative de prière le dimanche matin: une webdiffusion de prières en provenance de chez moi, à Québec, à partir de 10h30 HAE. Les détails relatifs à manière de participer à cette activité sont disponibles sur la page Facebook du diocèse anglican du Québec et sur le site web diocésain (www.quebec.anglican.ca), où vous trouverez aussi d’autres ressources pour vous aider à prier à la maison. Je vous prie de diffuser largement cette invitation à célébrer le culte en tant que famille diocésaine d’une manière nouvelle et différente. Nous étudions aussi présentement les moyens d’élargir nos options de contact, y compris les moyens de rejoindre les personnes qui n’ont pas accès à l’internet.

La suspension des liturgies publiques comprend également les liturgies pastorales, telles que les funérailles. Plus tôt cette semaine, le directeur de la santé publique du Québec a spécifiquement identifié les funérailles comme des rassemblements à haut risque pour la transmission du virus COVID-19. Jusqu’à ce que ce que ces directives soient modifiées, les membres du clergé et les ministres laïques sont invités à s’abstenir de diriger des funérailles dans des églises ou des salons funéraires. Trois autres options sont possibles à l’heure actuelle: 1) si possible (par exemple, si les restes du ou de la défunte ont été incinérés), retarder les funérailles jusqu’à la levée de la suspension des services liturgiques publics; 2) tenir une forme de la liturgie funéraire complète au cimetière, avec un nombre suffisamment restreint de personnes pour que les instructions les plus récentes des autorités de la santé publique (www.quebec.ca/coronavirus) soient respectées; ou 3) tenir une petite réunion privée des membres de la famille et des amis proches au domicile du ou de la défunt(e), avec des prières pour les morts offertes par la famille, suivies immédiatement de l’enterrement au cimetière, sous la direction d’un(e) prêtre, diacre, ou ministre laïque. Lorsque les choses reviendront à la normale, une messe de requiem ou un service commémoratif plus complet pourrait être tenu à l’église, où la communauté élargie pourrait se réunir comme d’habitude.

Je suis conscient que le décès d’un être cher est déjà assez difficile sans les complications supplémentaires créées par cette pandémie. Cependant, ces mesures sont mises en place afin que nous puissions éviter la vague exponentielle de décès et d’enterrements que nous avons vue se produire dans d’autres parties du monde en raison du COVID-19.

N’oubliez pas que tous les autres rassemblements liés aux affaires religieuses tels que les groupes d’étude, les réunions paroissiales annuelles et les évènements sociaux sont également suspendus jusqu'à nouvel ordre. Les concerts et autres rassemblements impliquant des groupes extérieurs utilisant les églises et édifices paroissiaux doivent également être suspendus.

En raison de la méthode de propagation du COVID-19, une grande prudence est requise dans la prestation de soins pastoraux. Envisagez des approches d’équipe pour maintenir les contacts par téléphone ou par courriel et des moyens collaboratifs pour répondre aux besoins matériels.

L’un des nombreux défis posés par cette pandémie est de réussir à fournir des soins pastoraux à nos fidèles alors que plusieurs sont en quarantaine volontaire ou bien se trouvent dans des hôpitaux ou des établissements de soins de longue durée où les visites sont maintenant interdites.

Les congrégations dotées de listes de membres à jour devraient les utiliser pour contacter les gens par téléphone ou par courriel, tout en exerçant une discrétion diligente quant à la diffusion des informations de contact privées des individus. Les membres du clergé, les lecteurs et lectrices laïques, les marguillers et les responsables de soins pastoraux pourraient, par exemple, se partager à plusieurs la liste des membres de la congrégation et ainsi rejoindre tout le monde relativement rapidement.

Étant donné que de nombreux groupes de personnes sont désormais confinés chez eux à cause du COVID-19, il convient aussi de demander aux personnes avec lesquelles vous entrez en contact si, en plus de besoins spirituels ou de compagnie, elles ont d’autres besoins matériels essentiels, comme pour de la nourriture ou des articles de toilette. Questionnez-vous quant à la possibilité pour votre congrégation de se mobiliser pour les aider, ou voyez si vous pouvez vous associer à d’autres organisations communautaires pour fournir de l’aide.

Le bureau diocésain est fermé, mais nous répondons aux messages vocaux et aux courriels entrants. Merci de votre patience alors que nous faisons de notre mieux pendant cette période inhabituelle.

Church House, le bureau administratif du diocèse situé à Québec, sera fermée jusqu’à nouvel ordre. Les membres de notre personnel, restreints en nombre mais diligents, travaillent présentement principalement à partir de leurs domiciles, ce qui signifie qu’il est possible qu'il s’écoule plus de temps que d’habitude avant que nous puissions répondre aux messages et aux demandes de renseignements. Vous pouvez appeler le 418 692 3858 et laisser un message vocal ou envoyer un courriel à info@quebec.anglican.ca. Quelqu’un vous répondra dès que possible. Merci de votre patience.

Soyez attentif à votre propre bienêtre physique, émotionnel et spirituel.

Pour plusieurs d’entre nous, respecter la directive de nous éloigner physiquement des autres sans trop nous isoler socialement peut constituer tout un défi. Même si vous tendez la main aux autres, je vous invite également à être attentifs à prendre soin de vous. Cela peut être particulièrement important pour ceux et celles d’entre nous qui se sont volontairement mis en quarantaine. Considérez des éléments comme une saine approche à la consommation de nouvelles; trouvez des moyens de maintenir votre activité physique, de manger et de dormir du mieux que vous le pouvez. En tant que leaders dans nos communautés, nous sommes appelés à adopter un bon comportement pour les personnes que nous servons et à rester en santé le plus possible afin de continuer à les servir.

Nous vivons présentement des moments inhabituels et troublants, mais ils ne sont pas sans précédent. Il y a un siècle, nos églises ont été fermées pendant plusieurs semaines pendant la pandémie de grippe de 1918, et nous nous en sommes sortis. Cependant, je voudrais nous inviter à considérer ces moments non pas simplement comme une crise à endurer ou une période difficile à traverser. Faisons plutôt en sorte que ce soit l’occasion pour nous de renouveler notre vocation en tant qu’église ici et maintenant. Devenons les oreilles attentives et les mains secourables du corps du Christ au sein de nos communautés. Face à l’obscurité, à la peur et à la mort, nous pouvons être de minces mais lumineux faisceaux de résurrection et d’espoir.

Sincèrement vôtre dans le Christ,

Lire la suite

Suspension des célébrations liturgiques publiques dans le diocèse de Québec

Bien chers amis,

Comme nous avons pu le constater au cours des deux derniers jours, la situation concernant le COVID-19 évolue très rapidement. Le gouvernement du Québec a mis en place une série de mesures agressives dans le but de ralentir le rythme de propagation du virus. Celles-ci incluent notamment l’annulation des rassemblements intérieurs impliquant plus de 250 personnes.

Bien que les églises anglicanes de notre diocèse ne voient que rarement un tel niveau d’assistance, il semble néanmoins prudent de prendre toutes les mesures possibles pour contribuer à l’effort collectif visant à ralentir la progression du COVID-19. Cela semble particulièrement sage étant donné que plusieurs de nos fidèles sont âgés de plus de 65 ans, l’un des groupes les plus à risque de contracter la maladie.

Par conséquent, prenant effet immédiatement et jusqu'à nouvel ordre, toutes les célébrations liturgiques publiques dans le diocèse de Québec sont suspendues. Cela inclut les services réguliers du dimanche et toutes les liturgies de semaine. Tous les rassemblements liés aux affaires religieuses—groupes d’étude, réunions paroissiales annuelles, réunions de regroupements divers (ex: guildes, ACW, etc.)—devraient également éviter d’être tenus en personne pendant cette période. J’encourage également les corporations paroissiales à fournir de l’assistance aux groupes externes qui utilisent leurs installations physiques comme les salles paroissiales pour leur permettre, temporairement, de prendre de nouvelles dispositions.

Ces mesures sont prises par excès de prudence et dans l’intérêt du bien commun, notamment ceux dont l’âge ou la santé les rendent plus vulnérables pendant cette pandémie.

Le catéchisme du Livre de la prière commune (BCP) décrit entre autres l’église comme « la famille de Dieu ». Même si, temporairement, nous ne nous rassemblerons pas en tant qu’église dans nos bâtiments habituels, nous demeurons néanmoins tous membres de la famille de Dieu. Nous sommes toujours l’église. Je vous invite donc à trouver d’autres moyens de rester en contact avec vos sœurs et frères dans le Christ pendant cette pandémie. La distanciation sociale ne doit pas conduire à l’isolement social.

Même lorsque nous prions séparément, nos prières rejoignent celles de tous les fidèles et de toute la communion des saints à travers le temps et l’espace. Dans les jours à venir, restez à l’affût des ressources qui sont disponibles pour vous aider dans vos prières pendant cette période inhabituelle et surveillez les prochaines mises à jour. En attendant, je vous offre mes prières et ceci:

Dieu du moment présent,
Dieu qui, en Jésus, calme la tempête
et apaise le cœur frénétique;
apporte-nous espoir et courage
alors que nous attendons dans l’incertitude.
Apporte l’espoir que nous serons à la hauteur
de tout ce qui nous attend.
Apporte-nous le courage de supporter ce qui ne peut être évité,
car Ta volonté est santé et intégrité;

Tu es Dieu et nous avons besoin de Toi.
A New Zealand Prayer Book

Mgr Bruce Myers
Évêque de Québec

Lire la suite

Directives mises à jour en réponse à COVID-19

[ Téléchargez la version PDF ]

Chères amies, chers amis des diocèses de Québec et de Montréal,

Le 11 mars, l’Organisation mondiale de la Santé a officiellement déclaré que le COVID-19 est une pandémie. Ce même jour, le premier cas de coronavirus a été diagnostiqué sur le territoire du diocèse de Québec.

Par mesure de prudence et avec une volonté particulière de protéger les personnes les plus vulnérables à la propagation de ce virus, les mesures liturgiques suivantes doivent être mises en œuvre dans toutes les assemblées du diocèse de Québec et du diocèse de Montréal, et ce immédiatement et jusqu’à nouvel ordre :

  1. Le partage de la coupe commune doit être suspendu lors des célébrations de l’eucharistie. Le/la célébrant(e) doit consacrer à la fois le pain et le vin, communier aux deux espèces, mais administrer uniquement le pain consacré à l’assemblée. De même, lorsque la sainte communion est distribuée à partir de la réserve sacramentelle, seul le pain sera offert. Bien que la pratique préférée dans l’Église anglicane soit que tous les communiants reçoivent normalement à la fois le pain et le vin à l’eucharistie, l’Église enseigne également que nous participons quand même pleinement à la sainte communion en recevant « une seule espèce ». Les petites coupes individuelles de communion ne doivent pas être utilisées comme alternative à la coupe commune pendant cette période.
  2. Évitez tout contact physique lors de l’échange de paix et à l’offertoire. Normalement, pendant la liturgie, les membres de l’assemblée sont invités à échanger un signe de paix du Christ, qui prend généralement la forme d’une poignée de main ou d’une étreinte. Pour l’instant, veuillez plutôt échanger un simple salut et continuer à vous offrir verbalement la paix du Christ. De même, l’offrande doit être acceptée de manière à éviter que plusieurs personnes ne touchent le panier de collecte.

Veuillez également continuer à suivre les autres recommandations d’hygiène contenues dans les déclarations diocésaines publiées en février. Il s’agit notamment de veiller à ce qu’un désinfectant pour les mains soit disponible dans chaque église; aux président(e)s de se laver ou de se désinfecter les mains avant de distribuer la communion, et de rester à la maison si vous êtes malade.

Soyez également attentif aux conseils des responsables provinciaux et fédéraux de la santé publique, notamment en ce qui concerne les pratiques comme l’isolement social. Nous vous vous invitons à être particulièrement attentifs à tous les membres de nos communautés—en particulier les personnes âgées—qui peuvent se sentir particulièrement isolés et vulnérables pendant cette période et qui pourraient avoir besoin d’aide ou même d’un simple appel téléphonique.

Enfin, nous demandons vos prières pour ceux qui souffrent de cette maladie, pour les soignants, les professionnels de la santé, les responsables de la santé publique et ceux qui recherchent un traitement et un remède contre COVID-19. Priez également pour ceux dont les moyens de subsistance sont menacés par l’impact économique de cette pandémie. Que tout ce que nous dirons et ferons pendant cette période incertaine soit fondé sur la foi et l’espérance dans la providence de Dieu, et soit un reflet de la compassion et de l’amour du Christ.

Lire la suite

Déclaration concernant le COVID-19 au Québec

Bien chers frères et sœurs dans le Christ,

Ce soir, nous avons appris que le virus COVID-19 est maintenant présent au Québec. Bien qu'un seul cas n’ait été signalé jusqu’à maintenant, bon nombre d'entre nous se souviennent de la crise du SRAS et des précautions qui ont été requises pendant cette crise sanitaire.

Tout d'abord, nos prières s'adressent à ceux et celles qui ont été infectés par ce virus et à tous ceux et celles qui leur prodiguent des soins, en particulier les personnes qui se trouvent aux épicentres de cette épidémie en Chine, en Iran et en Italie. Les responsables de la santé publique au Québec surveillent la situation de près et fournissent des informations constamment mises à jour sur leur site Web: https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/

Nous considérons qu’il est prudent d’examiner nos pratiques en matière de soins pastoraux et de culte public afin d’assurer la sécurité de tout le monde, en particulier de ceux et celles qui sont plus vulnérables en raison de leur âge ou d’incapacités, et afin d’apaiser les craintes qui pourraient se manifester.

Voici quelques éléments à considérer dans vos paroisses:

  • Mesures d'hygiène dans le cadre des soins pastoraux et du culte:
    • Assurer la disponibilité de désinfectant pour les mains dans l'espace de culte pour les paroissiens et pour ceux et celles qui sont impliqués dans la célébration de la liturgie
    • Ajouter une procédure de lavage des mains pour les célébrants avant d'administrer la communion
    • Utiliser une méthode de partage de la paix au sein des congrégations qui évite le contact physique
    • Assurer que les agents de pastorale prennent toutes les précautions d'hygiène personnelle requises avant et après les visites pastorales à l'hôpital et à domicile
    • Rappeler aux paroissiens qui sont malades, ou soupçonnent qu'ils ou elles peuvent l'être, de demeurer chez eux pour récupérer et de demander, à leur choix, de recevoir la communion à domicile ou une visite pastorale.
  • Si des inquiétudes sont exprimées concernant l’utilisation commune du calice lors de la communion:
    • Rappeler à tous et à toutes les modalités de notre théologie concernant la validité de la communion sous une seule espèce (pain ou vin uniquement)
    • Partager les informations nationales disponibles concernant la pratique eucharistique et les risques d'infection: https://www.anglican.ca/faith/worship/pir/euc-practice-infection/ (anglais seulement)
    • Alternatives à l’utilisation commune du calice:
      • Recevoir la communion sous une seule espèce (pain)
      • Toucher la base du calice tel que présenté mais sans consommer
      • Pratique de l’intinction par le célébrant (trempage du pain dans le vin consacré) – si un communiant désire utiliser cette méthode de communion, il ou elle peut simplement en informer le célébrant qui trempera le pain dans le vin et le placera sur leur langue.

Nous prions pour que notre vie communautaire, qui se manifeste dans le culte et les soins pastoraux, soit toujours basée sur la compassion du Christ et sur la considération mutuelle en ces temps d'incertitude.

Nous recommandons aux membres du clergé et aux leaders laïcs de se maintenir au courant des nouvelles locales, de consulter régulièrement le site Web du gouvernement du Québec et d’être diligents dans le suivi des courriels provenant du bureau diocésain sur cette question. Le présent communiqué est basé sur celui émis par notre Primat le 27 janvier 2020. 

Le vénérable Dr Edward Simonton OGS
Commissaire et vicaire général

Lire la suite