Voter selon sa foi

DE L’ÉVÊQUE

Par Mgr Bruce Myers OGS

Plus tard ce mois-ci, les citoyens canadiens bénéficieront d’une nouvelle opportunité de décider qui nous représentera à la Chambre des communes à Ottawa et du genre de gouvernement qui sera chargé de prendre des décisions importantes concernant notre vie commune en tant que nation.

Pour guider votre réflexion quant au choix du candidat ou de la candidate auquel vous accorderez votre vote, je vous invite à utiliser le filtre de notre engagement de baptême, qui est l’un des guides de notre vie dans le Christ.

Par exemple, lorsque vous examinez le programme d’un parti politique ou que vous écoutez les déclarations d’un ou d’une candidate, vous pouvez vous demander si leurs engagements proposent de « lutter pour la justice et la paix parmi tous les peuples et à respecter la dignité de la personne humaine. » Est-ce que leurs propositions les obligeront « à protéger la création de Dieu dans son intégrité, et à respecter, soutenir et renouveler la vie de la Terre »?

Les cinq marques de la Mission de la Communion anglicane, qui tirent leur origine de nos promesses de baptême, peuvent également être la source de bonnes questions à poser. Les candidats proposent-ils de « répondre par amour aux besoins humains » ou de « s’efforcer de transformer toutes structures injustes de la société, confronter toutes violences et rechercher la paix et la réconciliation » ?

Lorsque nous votons, nous le faisons en tant que citoyens de double nationalité.

C’est notre citoyenneté dans une juridiction terrestre particulière—dans le cas présent, la fédération qu’est le Canada—qui nous autorise à exercer notre droit de vote le 21 octobre. Mais lorsque nous complétons (ou annulons) notre bulletin de vote, nous le faisons aussi en reconnaissant que « notre citoyenneté est dans le ciel » (Philippiens 3:20).

Cela signifie que nos décisions en tant qu’électeurs et électrices seront nécessairement informées et guidées par notre foi. Nous ne laissons pas nos convictions chrétiennes sur le pas de la porte du bureau de scrutin. Nous essayons plutôt de vivre dans l’inconfortable tension de notre double citoyenneté—d’un pays terrestre et d’un royaume céleste—en reconnaissant toujours que notre allégeance première n’est pas envers un État, mais pour le Christ Roi.

En tant que disciples de Jésus, nous sommes appelés à révéler un peu de ce royaume céleste parmi nous sur la Terre, ici et aujourd’hui. Cherchez à déterminer quel parti, quel candidat ou candidate pourrait le mieux nous aider à faire ce travail, puis votez selon votre foi.

Précédent
Synode général, réalisations et mariage